Un projet, deux livres

Pour le 300e anniversaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau : un projet, deux livres.

Les deux tomes sont enfin sortis: Rousseau 1712, la naissance. et Rousseau 1762, Orages, Nouvelles de Genève et du monde., viennent de paraitre aux Editions Slatkine

Couverture Rousseau 2012

 

 

 

 

 


 

Aucun Genevois n’a été autant lu, critiqué, traduit, diffusé, discuté voire adulé dans le monde entier et par delà le temps que Rousseau. L’actualité de Rousseau est même un phénomène étonnant de vitalité. Toutefois, ce qu’a laissé le philosophe dans ses écrits, appartient à une histoire, un monde, que le public, les étudiants, les élèves d’aujourd’hui, connaissent mal et qu’une chronologie trop sèche ne permet pas de restituer.

A l’occasion de l’importante commémoration du 300e anniversaire de la naissance de Rousseau en 2012, l’AEHR veut offrir au public, les outils nécessaires pour mieux situer la pensée de Rousseau dans son temps et son espace. Par sa méthode, le projet de l’AEHR qui réserve une large place à l’iconographie et qui sera confié à des spécialistes du siècle des Lumières, veut toutefois se démarquer des travaux érudits concernant Rousseau ou l’histoire du XVIIIe siècle.

Selon un canevas chronologique et un schéma rédactionnel identique, le projet consiste à mettre en parallèle, en deux livres faisant coffret, les événements de deux années clés de la vie de Rousseau. La première année retenue est celle qui voit naître Rousseau (1712). La seconde, située 50 ans plus tard, voit la publication du Contrat social et de l’Emile (1762), œuvres majeures de la maturité du penseur.

Sans tomber dans l’anecdotique, grâce à la relation directe et concise de faits politiques, économiques, culturels, scientifiques ou religieux, le projet permettra non seulement de découvrir les événements majeurs de deux moments précis de l’histoire locale et internationale, mais aussi de sensibiliser le lecteur contemporain aux transformations d’un ancien régime souvent caricaturé et dont la réalité demeure méconnue. Cette invitation à saisir les transformations participe d’ailleurs pleinement d’une bonne compréhension des oeuvres de Rousseau. En s’appuyant sur une écriture qui collera volontairement à « l’événement » et en structurant les contributions par rubriques sur le mode de la presse, à l’image du livre publié par l’AEHR en 2002 (Journal du temps de l’Escalade, Genève et le monde en 1602, éd. Slatkine) le projet veut donner des moyens simples mais rigoureux de comprendre le siècle de Rousseau avec ses conflits, ses doutes, ses espoirs, ses innovations, en bref, ses cultures, qu’elles soient genevoise, suisse, européenne ou en provenance d’autres continents.

 

2012 Rousseau pour tous